Rabid Habs

La mémoire courte…

L'entraîneur des 3L brandissant la Coupe Vertdure il y a quelques mois à peine, peu après avoir été sacré entraîneur de l'année dans la LNAH.

Après avoir été couronnés champions de la LNAH au terme de séries enlevantes en mai dernier, les 3L de Rivière-du-Loup connaissent un lendemain de veille brutal en ce début de saison 2016-17, comme l’indique leur fiche de 1-5-2 en ouverture de calendrier.

https://twitter.com/Marquislnah/status/792726393293574144

À la suite du plus récent weekend d’activités au cours duquel les 3L ont subi deux autres revers, tous deux aux mains des Marquis de Jonquière, l’inquiétude à fait place à une certaine panique chez un bon nombre de partisans louperivois. Plusieurs d’entre eux y vont de leurs propres “solutions”, souvent drastiques, afin de relancer ce “club en dérive”, en oubliant de toute évidence qu’il y a de cela neuf matchs, les 3L soulevaient la Coupe Vertdure avec une formation presque identique celle de cette saison.

Comme c’est très souvent le cas lorsque une équipe connaît des ratés, l’une des premières “solutions” suggérées fut évidemment l’approche facile, soit le congédiement de l’entraîneur-chef. Alain Gardner, entraîneur de l’année et champion de la Coupe en mai, aurait-il pris trop de soleil cet été, au point d’en perdre ses capacités d’entraîneur? Peu probable. Les flûtes de Laval auraient-elles causé chez lui des dommages majeurs et permanents? Plus plausible, mais également peu probable. Donc, Gardner est toujours un bon coach et la formation a peu changé, si ce n’est de quelques additions de qualité. Dans ce cas, quelle est la cause derrière ce début de saison lamentable? Selon le pilote des 3L, le problème réside dans la prise de décision et la discipline. Bref, rien qui ne puisse être rectifié.

Nos mauvaises punitions ainsi que nos difficultés en supériorité et infériorité numériques donnent du momentum à l’adversaire et nos gardiens se doivent constamment de faire les gros arrêts car nos joueurs trichent en zone défensive. Plusieurs vétérans connaissent un lent début de saison et la confiance des joueurs est à zéro, alors j’ai beaucoup de travail à faire. Mais heureusement, j’ai pu convaincre Yves Lambert de revenir travailler avec nous, ce qui nous aidera grandement; Yves a beaucoup d’expérience et excelle dans l’art d’apporter des ajustements en cours de rencontre, une qualité importante en raison du calibre relevé de la LNAH.

Photo: Facebook

Photo: Facebook

Il s’agit maintenant de respecter le plan de match pendant 60 minutes, apporter quelques ajustements à notre jeu collectif dans son ensemble, demeurer disciplinés et porter attention aux détails et tout va se replacer. Rien ne fonctionne en ce moment, mais les vétérans travaillent fort. J’ai confiance en mes joueurs, on va s’en sortir.

Bien que la majorité des membres de l’édition championne des 3L soient de retour, le D.G. Karl Boucher a fait quelques additions importantes à la formation au cours de l’été, telles que les attaquants Mike Danton et Dean Ouellet et le choix de 1ere ronde au dernier repêchage et défenseur Sawyer Hannay. La chimie étant l’une des raisons majeures des récents succès des 3L, est-il possible que ces nouveaux-venus aient pu troubler cette cohésion si forte au printemps dernier? Pas selon le coach.

Je ne crois pas, non. Pour ces gars-là, l’adaptation à la ligue a été difficile, mais Ouellet commence à se replacer. Je l’ai mis avec Sly (Deschâtelets) et Étienne Archambault samedi dernier et ç’a très bien été. Hannay commence lui aussi à bien aller. Il a un bon physique et un solide coup de patins et joue de façon robuste dans notre zone. Quant à Danton, il joue du bon hockey et j’ai confiance que plus il se sentira à l’aise, plus il s’impliquera physiquement.

Si l’entraîneur démontre une belle confiance en ses joueurs, il semble que ce soit réciproque, le capitaine Deschâtelets affirmant que Gardner est toujours, sans aucun doute, l’homme de la situation:

Pourquoi penser le contraire??? Ce qui nous fait mal, ce sont les petits détails et notre indiscipline. Dans la plupart des matchs, nous réussissions à prendre un certain momentum, puis une pénalité venait casser notre rythme.

Le capitaine Sylvain Deschatelets dans des moments plus joyeux mais encore récents - Photo: Hugo Cotnoir

Le capitaine Sylvain Deschatelets dans des moments plus joyeux mais encore récents – Photo: Hugo Cotnoir

Alain a bien sûr tout mon appui, on a gagné la Coupe ensemble! Et honnêtement, Serge, ce n’est vraiment pas lui le problème, ni personne d’autre, d’ailleurs. La chimie dans l’équipe est toujours au même point. Tous les gars dans cette chambre veulent se relever. N’oublions pas que nous avons traversé une épreuve similaire en novembre dernier et regarde ce qui s’est passé par la suite… J’ai confiance que nous en sortirons encore meilleurs à nouveau.

Pour finir, si le soutien du capitaine ne suffit pas à convaincre les sceptiques de la sécurité d’emploi du passionné coach, ceci devrait le faire:

UNE SOURCE DE L’ORGANISATION DES 3L AFFIRME QUE CES DERNIERS N’ONT AUCUNEMENT L’INTENTION DE CONGÉDIER ALAIN GARDNER, SURTOUT SI RAPIDEMENT APRÈS QU’IL LES EUT MENÉS AU PREMIER CHAMPIONNAT DE LEUR HISTOIRE.

Certains fans croient qu’un changement d’entraîneur serait profitable aux 3L. Karl Boucher semble cependant adhérer à la philosophie de Sam Pollock, selon laquelle la pire erreur qu’un directeur-général puisse faire en bâtissant son équipe, c’est d’écouter les partisans, beaucoup trop émotifs pour la plupart. Une approche sage dont ne pourront que bénéficier les 3L et leurs supporters, dont ceux-là mêmes qui réclament la tête du coach.

Ou, en d’autres mots, qui ont la mémoire courte.

kboucher-agardner-cup

Les architectes du premier championnat de l’histoire des 3L, l’entraîneur-chef Alain Gardner et le DG Karl Boucher.

fist

Hockeyment vôtre,

Serge Côté

Visibilité

Création: Hugo Cotnoir